Reading time
Choose your language en fr

Trouver les alternatives pour survivre

l’histoire de Christophe

Christophe est un « Vezo », la tribu des pêcheurs traditionnels de Madagascar. Lui et sa femme Sarah ont adopté l’algoculture comme une source alternative de revenus, à cause de la diminution du stock de poissons et un désir de protéger leur précieux océan. Aujourd’hui, il partage son histoire

become an ocean witness
02 février 2018 | Ankilimionga, Madagascar

Quel est votre premier souvenir lié à l’océan ?

Mon père est mort quand j’étais adolescent. Ma mère ne pouvait subvenir seule à nos besoins, alors nous ont dû abandonner nos études. Mon grand-père a décidé de nous amener a Anakao, où il nous a tout appris sur la pêche afin que nous puissions trouver du travail. J’ai utilisé l’argent que j’ai gagné de la pêche pour soutenir ma mère et le reste de ma famille. Quelques années plus tard, je me suis débrouillé pour acheter la terre où je vis actuellement et j’ai construit une maison pour ma femme et nos enfants.

Quels changements observez-vous par rapport à l’océan et comment ces changements vous affectent-ils ?

Avant, nous pouvions prévoir les courants et les marées de l’océan en regardant le ciel et sentant le vent et sa direction. Malheureusement, nous ne pouvons plus le faire aussi précisément comme avant. L’océan change de manière imprévisible, et le vent aussi. Il est beaucoup plus fort qu’avant.  Quelquefois les conditions sont si extrêmes que nous ne pouvons même pas mettre nos pirogues à la mer. Le vent casserait nos voiles et pourrait couler nos lignes. Dans ces situations, nous sommes obligés d’attendre la fin de la tempête. La dernière fois, j’ai dû attendre pendant une semaine. Cependant, quelquefois j’ai choisi de prendre le risque et je suis parti pêcher quand même. J’étais là, au milieu de l’océan, en me demandant comment je pourrais subvenir aux besoins de mes enfants si je ne pouvais retourner avec un seul poisson. J’ai décidé de chercher des alternatives.

À quelle alternative avez-vous pensé ? Comment avez-vous appréhendé ce changement ?

Nous avons essayé l’algoculture ! Les Vezo sont pêcheurs par tradition, alors au début ce n’était pas un choix évident. Ma femme Sarah et moi, nous n’avons pas pensé une seule fois que cela représenterait presque la moitié de nos revenus aujourd’hui. Nous allons sûrement continuer notre algoculture. Notre baie est parfaite pour cela, parce que les récifs protègent les algues et l’eau reste chaude toute la journée. Pour moi, les enfants sont le meilleur héritage : j’espère que ma production s’accroîtra, pour que je puisse assurer un avenir meilleur à mes enfants et qu’ils puissent obtenir un diplôme.

“J’étais là, au milieu de l’océan, en me demandant comment je pourrais subvenir aux besoins de mes enfants si je ne pouvais retourner avec un seul poisson.”
Christophe

En 2030, comment sera l’océan selon vous ?

Personnellement, je ne sais pas à quoi m’attendre. Mais sûrement je m’attends à ce que notre petite baie soit encore un champ propice à l’algoculture. Nos récifs la protègent ; l’eau est chaude toute la journée. Nous continuerons l’algoculture. Si les changements de l’océan et le vent deviennent trop difficiles et il vous est difficile de subvenir à votre famille et vous-même, cherchez les alternatives pour survivre. Quand vous les trouvez, continuez et travaillez pour améliorer la qualité de votre produit.

 

Merci de nous avoir partagé votre histoire, vous êtes désormais un Témoin de l’Océan. Un message pour les autres Témoins de l’Océan?

Si des changements se passent dans l’océan ou des vents dans votre zone deviennent difficile à gérer. Si vous avez des difficulties à subvenir à vos propres besoins ou de votre famille, trouvez une autre alternative pour survivre. Lorsque vous le trouvez, accrochez-vous y et travaillez à l’amélioration de la qualité de votre produit.

 

A propos de Christophe

Christophe est un pêcheur et un agriculteur d’algues dans le village d’Ankilimionga dans le sud-ouest de Madagascar. Il avait 17 ans lorsqu’il a commencé son activité de pêche à Anakao. Christophe, avec sa femme Sarah et ses enfants, appartiennent à la tribue“Vezo” qui est une tribu de pêcheurs dans cette partie de l’océan. Ils ont adopté la culture d’algues comme une alternative de source de revenue dû à la reduction de la population de poissons et sa volonté à vouloir protéger son océan bien-aimé

share this article

Christophe

Ankilimionga, Madagascar

Christophe is a fisher and seaweed farmer in the village of Ankilimiova in the Southwest region of Madagascar. Together with his wife Sarah and their children he belongs to the “Vezo”, the traditional fishermen tribe on this part of the oceans.